Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Société Calédonienne d'Ornithologie

Les limicoles dans l’estuaire de La Tontouta.

Comme prévu, les 17 personnes qui s’étaient inscrit à la sortie se sont retrouvés au point de rendez-vous, le péage de Koutio. Après avoir organisé le covoiturage, nous voilà parti pour trois-quarts d’heure de route pour atteindre notre lieu d’observation. Arrivé au second point de rendez-vous sans encombre, excepté le petit demi-tour final qui fut effectué par l’ensemble du cortège ayant dépassé par mégarde la route d’accès à la propriété donnant sur l’estuaire de La Tontouta « ce qui permis de vérifier que l’e-mail avec le plan n’avait pas été correctement lu ! Arghh déception ! »

 

PICT0341 PICT0414 PICT0423

 

Après une courte halte en haut de la colline dominant l’estuaire, qui fut l’occasion d’examiné notre futur zone de progression tout en contemplant un paysage au couleur contrasté, nous avons atteint un parking où nous avons abandonné les voitures. Aussitôt, le groupe impatient pris la direction de l’estuaire, chargé de glacières, sac et matériels d’observation en tout genre, par un chemin longeant la mangrove. Une partie de la colonne stoppa attiré par un couple d’Hirondelle Messagèr> alors que la tête de cette même colonne disparue au loin dans la savane épaisse. Nous restons là un quart d’heure à observer ces oiseaux assez rare dans le secteur. Puis rejoignons le reste de la troupe.

Arrivé à la limite entre la zone sèche et humide, nous sommes accueillis par le chant d’un Corbeau Calédonien, nous décidons d’abandonner dans un coin ombragé et à sec, tout le surplus que nous transportions qui n’était pas compatible avec les passages à gué comme les tongs « Euh pardon, les Claquettes ! », la nourriture, le bodyboard, etc.

 

PICT0468Ainsi allégé, le groupe pris la direction de la zone d’observation précédé de Vivien, notre guide du jour ! Aussitôt arrivé vers le point d’eau les premières observations pleuvent et les noms fusent, Courlis, Pluviers, Barges. Tous s’affèrent et se jettent sur les jumelles. Vivien déploie sa lunette sur un Courlis, tout le monde trépigne en faisant la queue pour observer de près cet oiseau migrateur avant qu’il reprenne son envol. Les limicoles étant assez loin, nous décidons de traverser le petit chenal par un gué pas très profond. La surprise fut de l’autre coté en arrivant sur la rive de la vasière, tous fut pris au piège, enfoncé jusqu’aux genoux dans la vase, la progression fut instantanément stoppé, une chaussure perdu par ci, un coup de main pour se désenliser par là et pour tous un grand moment de rigolade et la naissance d’une danse d’un nouveau genre aux mouvements assez désordonnés. La suite fut une succession d’observations aux jumelles et à la lunette, de traversées à gué de plus en plus large et profond.

PICT0567Au fil de la matinée, un petit groupe se détacha pour observer plus en avant des limicoles toujours plus loin, toujours plus inaccessible, poussant les ornithologues amateurs et expérimentés à passer de vasière en vasière, en mettant de coté les règles de la nature et la régularité des marées qui en un instant peuvent recouvrir ces terrains de jeu en apparence sûre. Mais cette démarche fut fructueuse, nous avons pu observer d’autres espèces jusque là non observé, et ou peu présente sur le territoire de Nouvelle-Calédonie comme les Bécasseau Cocorli et Sanderling, peut-être même un Pluvier Mongol « mais notre spécialiste sur la Mongolie n’était pas avec nous pour nous aider à déterminer l’espèce ! »

Après avoir poussé le plus loin possible, nous rebroussons chemin heureux avec un tas d’image dans la tête. La marée remontant, le retour fut un peu plus humide, l’occasion pour moi de tester la véracité de la pub sur les mallettes étanches « test concluant, pas une goutte d’eau n’est rentré ».

 

PICT0578Après avoir retrouvé le reste du groupe, nous convergeons sur le camp de base où nos affaires abandonnées au départ, nous attendais. Tous se jetèrent sur le repas réparateur arrosé, pour certain, par un petit blanc offert par Philippe. Après un petit repos à l’ombre généreuse de beaux palétuviers, le groupe pris le chemin du retour en suivant la mangrove puis le chemin jusqu’au voiture. Notre guide ainsi que deux nouveaux adhérents nous quittèrent, les autres piquèrent une tête dans La Tontouta pour se dessaler dans une eau tiède, un bain délassant que petit et grand apprécièrent, chacun à leur façon. Puis vint le moment de partir, chacun remonta dans le véhicule qui l’avait amené et qui les ramenèrent vers leur chez eux !

 

Bilan final et unanime, tous furent ravis d’enfin voir de près, autre part que dans un livre, ces oiseaux toujours si distants, grâce à la lunette de Vivien et accompagné de ses descriptions et détails sur les signes distinctifs des différentes espèces observés. Le clou fut le moment où Vivien nous mima le comportement et le déplacement de deux familles de limicoles les « Charadriidés » auxquels appartiennent les Pluviers et Gravelots et les « Scolopacidés » pour les Barges et Courlis. Ce fut un moment inoubliable qu’il dût rééditer pour bien faire passé le message mais surtout faire rire l’ensemble des apprentis ornithologue que nous sommes.

 

voici la petite liste des espèces observées avec des tentatives de chiffrage car « pas facile de compter sur pareilles zones »  :

  • PICT0492Pluvier fauve = 50-100
  • Pluvier argenté = 1
  • Courlis corlieu = 10-20
  • Barge rousse = 30-40
  • Chevalier de Sibérie = 1
  • Bécasseau cocorli (observation la plus intéressante de la sortie certainement) = 1
  • Bécasseau sanderling = 1
  • Bécasseau à cou roux = 1
  • Pluvier mongol ou à double bande (trop dur à distinguer à cette distance...) = 2
  • Tournepierre à collier = 5
  • Mouette argentée = 5-10
  • Sterne huppée = 20 (il y avait tout un groupe posé au loin)
  • Aigrette à face blanche = 10-20
  • Canard à sourcils = 2 couples
  • Cormoran non déterminé = 1 vol d'une dizaine (trop loin et ont disparu avant que je puisse mettre la longue vue)
  • Balbuzard pêcheur = 1
  • Milan siffleur = 2
  • Hirondelle messagère = 2 (peut être un adulte et un immature)
  • Langrayen à ventre blanc = 2

+ Méliphage à oreillons gris, Siffleur à ventre roux, Rhipidure à collier, Gérygone mélanésienne et un corbeau.

Partager cet article

Commenter cet article

Jean-Michel 01/10/2010 00:07


Félicitations pour le blog. Une excellente idée pour rester en contact.
Amicalement.


isa 21/09/2010 09:15


Merci à vous tous, nous avons passé une super journée, très conviviale, avec de jolis souvenirs d'oiseaux en tête ! isa