Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Société Calédonienne d'Ornithologie

Détection et suivi des cagous

La mise en place de cette méthode était jugée prioritaire puisque nos connaissances de la distribution des cagous sont basées sur un recensement effectué de 1991 à 1992 et sur des inventaires toutes espèces datant de 2003, lors de la mise en place des IBA. La conservation efficace du cagou dépendant fortement de la bonne connaissance de leur distribution.

Or, la manière la plus fiable de détecter et suivre les populations de cagous se fait forcément indirectement par l’écoute de leurs chants matinaux. Plusieurs difficultés sont liées à cette technique:

  • les cagous ne chantent pas nécessairement tous les jours, typiquement, on recommande de rester au moins trois jours pour détecter avec certitude la présence de cagous. 
  • ils ne chantent que quelques minutes au lever du soleil (exceptionnellement en fin de journée). Une seule personne ne peut donc échantillonner qu’une seule zone d’écoute par jour. Si l’on veut couvrir une grande surface, il faut placer plusieurs personnes sur la zone.
  • enfin, les cagous vivent généralement dans des zones dont l’accès est long et difficile et où il faut rester plusieurs jours (problèmes d’approvisionnement, surtout en eau).

Pour répondre à ces difficultés, la méthode idéale de détection et suivi des cagous devrait être efficace et rentable tout en permettant de récolter, mémoriser et analyser les données de suivi des cagous de manière scientifiquement acceptable et reproductible.

A cette fin, grâce à un soutien octroyé par le WWF, et en coopération avec Douglas Quin, acousticien de l'université de Syracuse (USA), le PASC a testé des enregistreurs automatiques. Etanches et équipés de micros en stéréo, ces petites machines peuvent rester plusieurs jours en forêt.

P1260192  P8040080

On peut les programmer pour enregistrer à des périodes données, pour détecter des cagous, il s’agit d’un créneau de deux heures: une heure avant et une heure après le lever du soleil. Un logiciel de détection permet ensuite de scanner les différents enregistrements pour détecter d’éventuels chants de cagous.

kagu_group02.jpg
Voici ce à quoi ressemblent les chants d'une famille de cagous détectés grâce au logiciel "Song Scope".

Testée tout au cours de l’année dernière, cette méthode semble tout à fait à même d’intervenir dans la détection des cagous ainsi que dans le suivi de leurs populations. Il s’agirait ici de se baser sur des indices de densité (nombre de jours chantés, longueur du chant...) plutôt que sur des nombres d’individus, laborieux à détecter à partir des enregistrements.

 

En parallèle, car la technologie ne peut pas remplacer l’oreille humaine, des tests ont eu lieu sur la possibilité de mettre en place des suivis bénévoles de certaines populations de cagou.

P1210032.JPG

Des bénévoles de la région du Parc des Grandes Fougères ont donc été formés aux écoutes de cagous. Sur plusieurs matinées, ils ont été initiés aux finesses des chants (mâles, femelles, jeunes...) et à l’art de la prise d’azimut et de remplissage de fiches. Rendez vous a été pris au terme de la formation pour débuter le suivi au mois d’août. 

Partager cet article

Commenter cet article