Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Société Calédonienne d'Ornithologie

La SCO participe à une expédition sur Walpole

La SCO a participé à une mission sur l'île Walpole, du 14 au 26 septembre dernier. Eric Beauducel (réalisateur) et Jean-Louis Gerö (Producteur, société Caury Films) ont organisé le tournage d'un documentaire fiction retraçant l'histoire originale de l'occupation humaine de cette île située à environ 200 Km à l'Est de l'île des Pins.  Le chargé de mission "oiseaux marins" de la SCO a ainsi pu réaliser une session de travail intensif sur cette île inaccessible aux falaises vertigineuses, avec l'appui de Cyrille Huruguen (Cagoutrek), en charge de la logistique de l'expédition sur place ainsi que du skipper du cata Bamboo Free, Pierre-Philippe Avron. La mission a permi de constater la présence du Rat du Pacifique Rattus exulans, en accord avec l'occupation humaine ancienne du site (700 ans avant JC) constatée par l'archéologue calédonien Christophe Sand et son équipe  (Jacques Bolé et John Ouetcho). Ce rat originaire d'Asie du SE fut introduit à travers tout le Pacifique, et est tristement connu des ornithologues pour être un prédateur des oeufs et poussins des oiseaux marins, en particulier des phaétons. Julien Barrault du CIE a par ailleurs pu constater les dégats provoqués par le Faux mimosa Leucaena leucocephala et le Tecoma Tecoma stans, qui envahissent peu à peu toute l'île, appauvrissant la biodiversité végétale mais aussi la disponibilité en sites de nidification pour les frégates et les fous à pieds rouges. Le travail sur l'avifaune a permi de dénombrer entre 12000 et 13000 couples d'oiseaux marins nicheurs appartenant à 9 espèces. Le site est d'importance internationale pour le Fou brun, le Fou à pieds rouges et le Phaéton à brins rouges, probablement aussi pour la Gygis blanche et la Frégate du Pacifique.

L'île Walpole est reconnue comme étant une Zone d'Importance Internationale pour la Conservation des Oiseaux (ZICO/IBA). Cette mission a permis de préciser ce statut et la grande valeur de son patrimoine archéologique. Ce site exceptionnel devrait être classé en réserve naturelle intégrale et doté d'un plan de gestion comprenant la restauration écologique de l'île par la lutte contre les espèces envahissantes animales (rats) et végétales. Ses vestiges archéologiques exceptionnels mériteraient d'être classés monuments historiques calédoniens.











La Gygis blanche Gygis alba ne niche en Nouvelle-Calédonie que sur les îles éloignées Hunter et surtout Walpole. Entre 150 et 200 couples ont été dénombrés durant cette mission. Cette espèce tropicale a la particularité de ne pas construire de nid. Elle dépose son unique oeuf en équilibre à même une branche.


















Le mâle de la Frégate du Pacifique Fregatta minor possède une poche gulaire rouge, véritable baudruche naturelle, qu'il emplis d'air durant la parade nuptiale. L'île abrite de l'ordre de 500 couples de l'espèce et constitue l'un de ses principaux sites de reproduction dans la région.














Le magnifique Phaéton à brins rouges (aussi appelé Paille en queue à brins rouges) Phaeton rubricauda a une population de plus de 200 couples sur Walpole, ce qui confère au site une importance internationale pour l'espèce car celà représente plus de 1% du total de la population australasienne.












Poussin de Phaéton à brins rouges, agé de quelques jours









Plumes d'un poussin de Phaéton à bec jaune Phaeton lepturus trouvées sur un cadavre gisant dans un nid vide. Le fourreau sectionné est typique d'une prédation mammalienne, ici Rattus exulans, le Rat du Pacifique, hyperabondant sur Walpole. Une étude réalisée à Hawaï a déterminé que ce rat pouvait prédater jusqu'à 100 % des couvées de phaétons lors d'années de sècheresse, et couramment entre 40 et 60 % des nichées. Durant la mission, un cadavre d'adulte de ce même phaéton a été trouvé dans une cache contenant par ailleurs une grande quantité de graines de Pandanus tectorius, portant toutes la traces des dents du rat. Il s'agissait clairement d'un gîte  d'alimentation du rongeur.

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article